La vision de la formation selon Jean-Paul Erhard

banner-article-3

Nous allons régulièrement à la rencontre d’experts pour vous inspirer et vous partager une nouvelle vision de l’apprentissage.


Pour terminer 2019, nous avons posé quelques questions à Jean Paul Erhard, Managing Partner, People Sphere & CFO Magazine. 

Qui êtes-vous ? 

Bonjour, je suis Jean-Paul Erhard.


Je gère au quotidien la plateforme Peoplesphere, une plateforme média dédiée aux professionnels du People Management à savoir : responsables RH, prestataires de services RH, dirigeants et responsables opérationnels. Tous les acteurs qui ont décidé de mettre le People Management au centre de leur stratégie et de le faire évoluer positivement dans leurs entreprises. Peoplesphere veut servir cette communauté professionnelle en lui offrant des sources d'inspirations, des contenus originaux, des analyses, des idées...

 

Selon vous, qu'est-ce qu'une organisation apprenante ?

C'est une organisation qui a développé un certain sens de l'humilité et qui a décidé d'intégrer tous les savoirs qui l'a traversent. C'est-à-dire :


  1. - les tendances de la société

  2. - les connaissances qui vont être transmises par ses partenaires

  3. - les connaissances disponibles sur son marché

  4. - les connaissances développées ou acquises au fil du temps par les collaborateurs

  5. Une organisation apprenante, c'est donc une organisation qui, en tout premier lieu, reconnait qu'elle ne sait pas et qui prend le parti de capter tous les savoirs qui gravitent autour d'elle. Puis elle les intègre dans son fonctionnement pour grandir en tant qu'organisation.  

Quelles sont vos bonnes pratiques en termes de formation digitale ?


Les bonnes pratiques digitales sont celles qui vont permettre, grâce à la formation, de répondre aux besoins essentiels des travailleurs aujourd'hui.

C'est donc de donner à un collaborateur, quel qu'il soit et quel que soit son niveau, l'opportunité et la liberté de se former n'importe où, n'importe quand, n'importe comment... C'est-à-dire au travers du média qui lui convient le mieux.


  1.  

     

Quelle est votre vision de la formation ? 

Ma vision du futur de la formation, c'est vraiment qu'elle (re)devienne un pilier central dans nos stratégies RH. On peut espérer qu'elle prenne enfin le pas sur les volets administratifs qui occupent encore et toujours la majeure partie de notre temps. Qu'elle soit enfin prioritaire lorsque vient le temps des arbitrages budgétaires par exemple. 


Un autre élément clé selon moi concernant le futur de la formation, c'est que l'on devra développer des interactions de plus en plus étroites avec l'enseignement. En effet, on se rend bien compte que l'enseignement n'arrive pas à suivre le rythme de l'évolution technologique et donc les besoins et la réalité de l'entreprise.


C'est pourquoi la formation en entreprise devra prendre le relais de l'enseignement, en développant une complémentarité de plus en plus grande et des connexions actives entre les sphères éducative et professionnelle. La formation en entreprise aura un rôle primordial pour venir compléter la formation initiale (dite "académique") mais surtout pour la société dans son ensemble. Il s'agit en effet de garantir que les compétences soient en phase avec les défis de société actuels et futurs.

 
 

Quelle est votre vision du blended-learning ? 


De nos jours, comment imaginer une formation qui ne soit pas "blended" ?

Nous nous en rendons compte au quotidien, nous utilisons fréquemment une grande diversité de médias pour nous informer ou accéder aux connaissances. Pour rester compétitive, une entreprise doit s'adapter à ces nouveaux modes de consommation de l'information et les intégrer dès la conception des modules de formation. Aujourd'hui, le Blended-learning est la seule direction à prendre si on veut privilégier l'efficacité dans la transmission et le partage des contenus.


Selon vous, que sera la formation en 2030 ? 


Impossible de répondre avec certitude à cette question. Par contre, nous pouvons formuler des souhaits... En ce qui me concerne, j'espère que la formation en 2030 sera avant tout collective.Que les apprenants s'assoient autour d'une table, avec une problématique à résoudre grâce à la formation. 


La posture classique qui consiste à transmettre un contenu, une approche et des solutions a fait son temps. Nous savons que cette "formule" ne permet pas de passer 10% du savoir, c'est ce que l'on retient en moyenne à l'issue d'une session de formation. Aujourd'hui déjà et à fortiori en 2030, nous pouvons demander aux participants d'une formation de construire quelque chose ensemble à partir des compétences et connaissances qu'ils ont déjà et trouver par eux-mêmes la solution. De cette façon, ils construisent leur propre formation, ils consolident et partagent leurs savoirs.


Si vous deviez qualifier la collaboration avec myskillcamp ? 


Intuitif : ce que j'aime dans la plateforme, c'est sa capacité à répondre à un mode d'utilisation simple pour l'individu. C'est ce principe de l'intuition que j'apprécie particulièrement, que l'on retrouve aussi bien dans l'utilisation de la plateforme que dans le fonctionnement des équipes.


Votre coup de coeur en termes de fonctionnalités dans la plateforme ?


J'ai envie de faire un focus sur le principe même fondateur qui est de mettre l'employé au centre. Celui-ci va pouvoir choisir lui-même les contenus qu'il va détecter dans sa sphère personnelle, ou agréger des contenus externes qu’il juge utiles.

C'est donc un vrai outil de prise de contrôle par le collaborateur de ses contenus et de ses trajets de formation. C’est en cela que la plateforme peut vraiment aider un département RH ou un responsable formation, à mettre en cohérence le discours général que l'on entend sur le marché aujourd'hui et la pratique de la formation. Si nous voulons vraiment que nos collaborateurs prennent le lead sur le développement de leurs carrières, il faut leur donner des outils qui permettent de le faire.

Content Manager chez myskillcamp