Quelle place accorder aux plateformes LMS dans l'apprentissage ?

 

iStock-933399510

Lorsque l'on pense à des projets de digitalisation des formations, il est fréquent de penser tout de suite en termes d'outils et de plateformes. Ce que nombre de professionnels de la formation ont en tête suit un schéma classique : nous allons concevoir des modules de formation (à l'aide d'un outil auteur), puis les diffuser auprès des apprenants et suivre tout un ensemble de statistiques. Tout cela est donc centralisé et guidé. L'apprenant est dans un "cocon pédagogique", au chaud, et il n'a qu'à suivre le chemin plus ou moins tracé. Mais est-ce vraiment ce qu'il attend pour apprendre au mieux ?

Petite revue de quelques études qui démontrent que l'apprentissage du travailleur "moderne" (pour reprendre l'expression de Jane Hart) ne passe pas obligatoirement par une plateforme. 

LMS, LCMS, LEP, LXP... De quelle(s) plateforme(s) s'équiper ?

 

iStock-991982928

À tort ou à raison, le fait de disposer d'une plateforme de formation est souvent considérée comme un prérequis indispensable lorsque l'on se lance dans des projets de digitalisation de ses formations. Pour les responsables formation qui font le choix de s'équiper, une analyse de ses besoins suivie d'une étude du marché sont des étapes nécessaires. L'évolution rapide et permanente de ce marché des plateformes permet d'en tirer des enseignements intéressants, l'un d'eux étant notamment une plus grande cohérence entre notre conception de la formation et la manière dont celle-ci est outillée. D'où venons-nous et où allons-nous avec nos plateformes de formation ?