Comment l'accompagnement peut favoriser l'efficacité des formations digitales ?

 

iStock-614216798

Il est désormais communément admis que l'accompagnement est une condition essentielle du succès des formations réalisées en tout ou partie à distance. Au début des années 2000, le développement rapide des formations en ligne (e-learning), que les apprenants seraient autonomes dans leur apprentissage, qu'ils enchaîneraient les visionnages de vidéos ou de tout autre type de support, sans discontinuer, avec une efficacité pédagogique réelle. Que nenni ! L'homme, et donc l'apprenant, est un animal social et la réussite d'une formation est la résultante d'une combinaison de facteurs que l'on ne saurait limiter à ceux d'ordre technopédagogiques. Quels sont les types d'accompagnement possibles ? Quels sont les acteurs mobilisables dans ce cadre ?

L'accompagnateur est un terme générique qui peut désigner, a minima, l'un de ces trois rôles : le tuteur, le coach et le mentor. Même si ces termes peuvent parfois se confondre ("coach" est ainsi souvent utilisé pour évoquer le tuteur ou le mentor), il est possible de définir les contours de leurs rôles et responsabilités.

Le tuteur

Dans le cadre de dispositifs de tutorat, le tuteur apporte une aide à l'apprenant en vue de l'acquisition de connaissances et/ou compétences dans le cadre d'une formation, quelle qu'en soit la modalité, ayant un début et fin précises. Le rôle et les responsabilités du tuteur sont logiquement établies en amont de la formation, au moment même de la conception du dispositif. Le tuteur n'est normalement pas un expert métier, ni le responsable hiérarchique de la personne formée, mais une personne "de même niveau" ayant vocation à apporter son aide et à bénéficier, lui-même, de cette relation (logique d'entraide pour maîtriser les acquis).

Dans le cadre du tutorat à distance, il est à noter que le tuteur accompagne plusieurs apprenants simultanément. À ce sujet, il est conseillé de consulter le blog de t@d de Jacques Rodet, grand spécialiste des questions de tutorat à distance. Celui-ci regorge d'articles, de bonnes pratiques, de retours d'expérience... très utiles pour exploiter pleinement le potentiel de cette forme de tutorat.

Le coach

Le coach a, lui, plutôt vocation à accompagner un individu dans son développement personnel, en l'aidant notamment à faire face aux difficultés qu'il peut rencontrer. Il aide celui-ci à prendre conscience de son potentiel et à identifier les axes de progrès, les leviers et les freins à son évolution. Le coach établit des objectifs avec l'individu en amont de l'accompagnement, ainsi que des critères d'évaluation de réussite de la prestation (par ex. des indicateurs de résultats). Ce sont aussi ces éléments qui peuvent déterminer la durée de l'accompagnement.

Les objectifs personnels définis peuvent s'inscrire dans le cadre d'un objectif plus large qui peut être le développement de compétences propres au poste actuel ou à un poste à venir, le développement de capacités plus personnelles (par ex. des compétences comportementales), etc.

Le mentor

Les dispositifs de mentorat (mentoring) visent à permettre à un individu de bénéficier de l'expertise d'un tiers sur un ou plusieurs sujets donnés. Le mentor a ainsi vocation à transférer une partie de ses connaissances et/ou compétences à un individu afin de favoriser son développement personnel et professionnel. À l'inverse du coaching, le mentorat n'est pas nécessairement délimité dans le temps et évalué sur la base d'indicateurs de résultats. C'est plutôt le mentoré ou le mentor qui, une fois que l'un ou l'autre estimera qu'une certaine autonomie est acquise sur le(s) sujet(s) visé(s), qu'il pourra être mis fin à la relation de mentorat.

Le mentor est donc souvent un expert métier interne à l'entreprise.

L'accompagnement pour faire de la formation un processus

Chacun de ces trois rôles peut avoir un intérêt dans le cadre d'un dispositif d'apprentissage, notamment si l'on considère la formation comme étant un processus en trois temps (avant, pendant, après) et non juste un événement (sans préparation en amont, ni accompagnement en aval).

À titre d'exemple :

  • le coach peut "encadrer" le dispositif d'apprentissage en intervenant notamment en amont pour aider à fixer les objectifs et en aval pour faire le bilan et évaluer l'atteinte des objectifs, le tout entrecoupé de points réguliers ;

  • le tuteur peut guider l'apprenant durant la phase de formation, en répondant à ses questions, en l'orientant vers certaines ressources, en lui faisant des retours, etc. ;

  • le mentor est surtout utile dans la phase postformation pour favoriser le transfert des acquis, en permettant à l'apprenant de bénéficier de son expertise, de ses retours d'expérience (par ex. pour savoir comment lever les difficultés rencontrées pour transférer les acquis), etc.

Il est à noter que la plateforme MySkillCamp dispose d'un système de mentoring assez sophistiqué, qui permet la mise en relation de personnes détenant des compétences avec des personnes souhaitant développer ces compétences. Cet article détaille le système en question.

Vous souhaitez faire évoluer votre plateforme LMS de façon à faciliter l'accompagnement de vos collaborateurs ? Contactez l'un de nos experts pour échanger à ce sujet.