Le Social Learning, nouvelle pratique d'apprentissage

 
office-594132_640.jpg

C’est désormais inévitable pour s’adapter aux nouveaux métiers et aux nouveaux enjeux business, chaque salarié doit veiller régulièrement à maintenir son employabilité, par le biais de la formation. La plus grosse évolution de ces dernières années reste la démocratisation du digital, offrant ainsi de nouvelles habitudes de consommation, de collaboration ou encore de partage. Pourquoi ne pas l’appliquer au domaine de la formation ? C’est chose faite avec l’émergence du Social Learning au sein de nombreuses entreprises. On vous en dit un peu plus…

Faire comprendre, pour mieux avancer

Certains d’entre vous perçoivent, peut-être, le digital comme un élément qui nous isole des autres : on se cache derrière notre smartphone et on consomme individuellement des contenus. Techniquement c’est vrai. Mais si l’on voyait le digital comme une opportunité de travailler tout en progressant ensemble, tout l’enjeu du Social Learning. Il s’agit dans un premier temps, d’observer les autres pour reproduire les bonnes pratiques, et dans un second temps, grâce à un module de formation efficace, assimiler les compétences manquantes pour les exploiter rapidement sur le terrain.

Avant toute chose, vos collaborateurs doivent être préparés à cette méthode collaborative où chacun va progresser au fil de ses interactions avec les autres. En amont, cela passe par un phase de sensibilisation ou d’acculturation afin que vos collaborateurs prennent conscience et comprennent l’importance de ce genre de pratiques en interne. Autre chose importante, chacun doit y voir son intérêt comblé et être encouragé à le faire.

Dans ces conditions, on voit bien que l’apprentissage n’est plus cloisonné, il se transmet et se partage. Chacun met à profit ses connaissances au service d’un apprentissage collectif. En effet, il y aura forcément une ressource à apporter par l’un ou les autres, ce qui favorise l’entraide et le développement commun des connaissances. Chaque contribution est valorisée, mieux encore, à tour de rôle, chaque individu passe d’un statut d’enseignant à celui d’apprenant, et vice versa, selon leur expertise.

La valeur ajoutée du Social Learning

Il est prouvé que le travail en groupe est un facteur de réussite. Ainsi le Social Learning va permettre de connecter les apprenants les uns avec les autres afin que le développement des connaissances soit plus fort. En effet, on apprend des autres et on partage nos savoirs à l’ensemble de la communauté. Une mutualisation reposant principalement sur une multitude d’occasions pour échanger, co-construire et progresser ensemble. C’est aussi un levier de motivation pour permettre à la formation de ne plus être perçue comme une contrainte ou une perte de temps mais comme un moment d’apprentissage unique. Bien sûr, il y aura des phases individuelles, mais elles doivent être rythmées par des phases collectives pour stimuler le déploiement des compétences et leurs mises en pratiques.

Les outils vecteurs du Social Learning 

Pour émerger, le Social Learning a besoin d’outils qui vont faciliter la communication, le partage d’information et la co-construction mais surtout qui vont connecter et faire interagir les apprenants entre eux.

En soi, le Social Learning n’est pas nouveau, puisqu’on connaît déjà certains outils plus traditionnels tels que les cours groupés, les conférences, les workshops…

Grâce à l’influence du digital, les pratiques évoluent et se tournent vers des regroupements « online » et collaboratifs. En effet, avec la démocratisation des réseaux sociaux (privés), il est devenu assez simple d’amener ce genre d’outils sur le lieu de travail. Les collaborateurs, surtout de la nouvelle génération, connaissent leurs fonctionnements : le like, le commentaire, le partage de post, la messagerie instantanée, le snack de contenu… autant d’éléments qui favorisent son adhésion en interne. De ce fait, pour motiver et engager les salariés à se former, il est possible de bâtir virtuellement des communautés d’apprenants où chacun peut participer, s’impliquer et alimenter soi-même l’outil. Vous pourrez ainsi initier des conversations thématiques pour que chacun partage ses idées ou ses expériences, créer des groupes de travail avec les équipes ayant le même besoin de formation, donner l’occasion à tous de s’auto-partager des contenus et d’y réfléchir ou de le compléter ensemble.

Attention tout de même, il ne suffit pas de les regrouper sur des outils digitaux pour qu’ils se mettent à collaborer d’eux-même, vous devez initier et structurer l’échange. N’oubliez jamais que les supports digitaux sont des accélérateurs de partage, de diffusion…mais sont inefficaces s’ils ne sont pas utilisés à bon escient et correctement encadrés. Les opportunités du Social Learning sont infinies à condition de choisir les bons outils et de surveiller le déroulement des interactions.

En résumé, le Social Learning reflète l’évolution des méthodes d’apprentissage vers un dispositif plus collaboratif et plus actif. Il n’est plus question d’apprendre passivement, mais de partager, co-constuire et interagir avec les autres membres de l’entreprise. En capitalisant sur la mutualisation des connaissances, chaque apprenant devient à la fois contributeur et acteur de leur propre apprentissage. Alors qu’attendez-vous pour favoriser l’émergence du Social Learning dans votre entité ?

Digital Marketer chez MySkillCamp