Le Digital Learning vu par Isabelle Chargé, coach certifiée

Capture d’écran 2017-09-07 à 16.05.28.png

Isabelle Chargé

Coach certifiée Un + Un = Onze

Pouvez-vous présenter en quelques mots vos compétences et votre savoir-faire?

Nous sommes formatrices et facilitatrices en intelligence collective au service de l’innovation managériale. Nous accompagnons les chefs de projets, managers, dirigeants et leurs équipes à modifier leur manière de fonctionner ensemble sur des défis concrets d’entreprises et en utilisant des outils d’animation collaboratif.

Nos clients font appel à nous lorsqu’ils sont dans l’une de ces situations :

  • - Ils font face à de nouvelles problématiques (réorganisation, changement de stratégie, évolution technologique, évolution métier) et les méthodes de collaboration qu’ils utilisent ne sont plus assez efficaces pour atteindre leurs objectifs.
  • - Ils sont confrontés à des freins chez leurs collaborateurs (manque de solidarité, luttes de pouvoir, difficultés à communiquer) qu’ils ne parviennent pas à lever.
  • - Ils voudraient valoriser les compétences et les ressources inexplorées de leurs collaborateurs pour les rendre pro-actifs collectivement mais ils ne savent pas comment s’y prendre ?

L’apprentissage et la pratique d’outils d’animation collaborative modifient les habitudes et repositionnent le pouvoir d’action de chacun, les règles de fonctionnement en collectif sont totalement revisitées et permettent de régler les situations complexes.

Quels genres de problématiques rencontrez-vous le plus souvent dans la gestion de connaissances des entreprises?

Nous agissons aujourd’hui plutôt sur les « savoir-être » et les « savoir-faire » que sur les connaissances. Notre obsession est de rendre vivantes ces fameuses connaissances qui doivent aujourd’hui se modifier, s’enrichir sur un rythme plus rapide pour ainsi créer de la valeur ajoutée et de l’innovation. Agir sur l’expérimentation rapide et des évolutions de comportements collectifs le permettent et rendent les apprenants autonomes dans leur processus d’apprentissage.

Notre objectif dans toutes nos actions de transmission est la transformation, passer d’un état A à un état B, monter une marche dans sa pratique quelle qu’elle soit !

Nous rencontrons 2 problématiques principales à la réussite de notre objectif:

  • - le passage à l’action après une formation, c’est la raison pour laquelle nous préférons installer une période de plusieurs semaines avec des apports courts mais qui incluent une mise en pratique immédiate en condition réelle de travail.
  • - la stabilité et la durabilité dans le temps des pratiques acquises, changer ses pratiques demande au début un effort important qui peut même diminuer notre efficacité car la nouvelle pratique vient bouleverser et ralentir. C’est comme d’apprendre à conduire une voiture, au début nous devons être dans la conscience de chaque geste, puis la pratique devient réflexe et passe dans la pratique tacite. Idem sur ce point, le fait d’apprendre sur une période de plusieurs semaines et non en 1 journée permet de pratiquer des transformations de pratiques chaque jour. Cette stratégie des petits pas quotidiens permet de transformer sa pratique presque sans s’en apercevoir, c’est facile et pas « prise de tête ». Au bout de plusieurs semaines, le résultat est atteint !
  • A votre avis, que peut apporter le social learning pour vous et pour les collaborateurs des entreprises que vous rencontrez? 

Le Social Learning permet de développer les connaissances, les attitudes et les aptitudes par la connexion aux autres (collègues, mentors ou experts) via les médias numériques synchrones ou asynchrones.

L’intelligence collective est notre cœur de métier et nous en constatons à chacune de nos missions la puissance !

L’arrivée pour nous d’outils en social learning est une bénédiction ! Jusqu’à maintenant nous agissions en présentiel, et même si nous faisions preuve d’innovation pédagogique pour faire passer à l’action puis rendre les pratiques durables, les contraintes du présentiel nous faisait stagner à un niveau satisfaisant mais frustrant pour nous qui connaissons le potentiel de la pratique de l’intelligence collective.

Ce que change fondamentalement la dématérialisation :

  • Une présence quotidienne au bon moment pour l’apprenant, par le distanciel nous pouvons agir auprès des apprenants en continu au moment où alors qu’il expérimente il tombe sur un « couak » que nous pouvons immédiatement lever, soit nous-même soit par le collectif dans lequel il y aura forcément quelqu’un qui pourra apporter un éclairage différent qui répondra à la demande. Le social learning dématérialisé permet une réponse rapide et efficace.
  • Une stimulation quotidienne et dans le réel qui permet de passer obligatoirement à l’action en douceur et en sécurité. Nous envoyons à rythme régulier des mini challenges collectifs qui font passer les apprenants tous ensemble à la pratique. L’intérêt est que tout le monde voit ce que chacun tente. Cela crée une pression positive qui récompense les plus audacieux et stimule les plus timides. Les rôles changent au cours du temps car nous apprenons tous à des rythmes différents et nous sommes talentueux dans des zones différentes. A certains moments, je vais recevoir du groupe et à d’autres je vais le nourrir. Chacun y a sa place. Et si en début de formation, nous sommes très présentes en tant que formatrices, notre présence diminue au fur et à mesure que le groupe acquiert les compétences et s’autonomise. En fin de formation, le collectif existe sans nous et continue son apprentissage, nous avons rempli notre mission !

 

Pouvez-vous nous parler de l’évolution de la formation ces dernières années ? A votre avis par quoi cette évolution a-t-elle été générée?

Une des tendances de fond est la personnalisation. Dans le secteur de la formation, cela se traduit par une volonté de connecter les connaissances génériques aux problématiques réelles des apprenants. Les pédagogies actives y répondent et s’appliquent en présentiel comme en distanciel.

En ce qui nous concerne, nous avons chacune démarré notre carrière dans la formation que nous avons abandonné pour la facilitation qui nous paraît plus adaptée que la transmission pure. L’activité de UN+UN=ONZE est orientée vers l’innovation.

Ce qui est important pour nous ce sont les qualités pédagogiques plus que la connaissance, qui est aujourd’hui accessible très facilement et partout.

Nous avons une posture qui permet à l’apprenant d’être acteur de son processus d’apprentissage. Nous mettons à sa disposition des outils d’intelligence collective, des processus créatifs et les postures associées qui le rend autonome. 

De cette manière, le collectif devient mature pour l’innovation et créateur de ses propres résultats.

Ils vont être capable d’écrire leur propre histoire et leur futur.

Cette démarche est totalement à l’opposé d’une simple transmission de savoirs. La transmission de savoir est une étape qui pour créer de l’innovation doit rapidement être dépassée.

Du fait que nous sommes dans une phase de transition technologique extrêmement rapide, nous devons passer d’une aire de consommation de connaissances à une aire de co-création.

 

A votre avis le Digital Learning et un LCMS sont-ils de vraies forces pour capitaliser sur les savoirs de l’entreprise? 

Un LCMS est un système pour créer et gérer de la matière pédagogique pour la formation mixte (à distance ou non).

D’une part, l’intérêt du digital learning et d’un LCMS adapté est autant pour le formateur que pour l’apprenant de pouvoir jouer avec les différentes formes pédagogiques possibles avec un degré d’interactivité de plus en plus fort. Cela rend l’apprentissage ludique, facilité et engageant. De ce fait, il est beaucoup plus efficace dans sa mise la pratique sur le terrain de l’entreprise.

D’autre part, la dynamique rendue possible par le digital learning et un LCMS renforce la culture et les stratégies de transversalité en entreprise, source d’innovation.

Pourriez-vous nous expliquer en quelques mots comment vous utilisez le Digital Learning au quotidien? 

Nous utilisons le digital learning suivant deux phases:

  • - Une première phase qui prépare le présentiel. Nous y proposons des capsules d’apprentissage linéaires, sous forme de vidéo et de présentations mais aussi sous forme de gamification par des Quizz. Nous y ajoutons des propositions d’expérimentation. Elles sont envoyées régulièrement dans le quotidien de l’apprenant.
  • - Une deuxième phase post-présentielle qui a pour but l’utilisation des connaissances dans un application concrète en entreprise. Nous mettons à disposition un panels d’outils dans lesquels l’apprenant viendra piocher en fonction de son besoin et de son projet. Les apprenants passent alors en social learning sous la forme de forum où chacun apporte et reçoit la contribution du collectif.

 

Nous apportons donc un accompagnement continu sur toute la durée de l’apprentissage, interactif, challengeant et engageant.

Ce type de formation-action est devenue possible grâce à tous ces nouveaux outils numériques.

 

UN+UN=ONZE – Formation-action « Adoptez le mode collaboratif pour de vrai ! »   

Isabelle Chargé et Séverine Locret

https://www.linkedin.com/in/severinelocret/

http://unplusun-egalonze.com/wp-content/uploads/2017/07/presentation_un_plus_un_egal_onze.pdf

 

Mots clés : digital learning, Ils parlent de l'e-learning, interview

Business Developer @myskillcamp. Always helping you to find the best solution in Digital Learning and e-Learning