Comment proposer une expérience d’apprentissage "sans couture" ?

 

iStock-917522290

Le mot "expérience" a le vent en poupe dans le milieu de la formation. Ainsi, l'apprenant (autrefois nommé le stagiaire, le formé, le participant...) ne suivrait plus une formation, mais vivrait une "expérience d'apprentissage". Voilà qui est ambitieux ! Mais, comme toute expérience, celle-ci peut se révéler enthousiasmante... ou décevante.

La liste des ingrédients à intégrer pour que "la mayonnaise prenne" est longue, mais il y a un élément sur lesquels nous souhaitions attirer votre attention : le lien fort entre expérience d'apprentissage... et expérience utilisateur. Les deux sont en effet intimement liés dans le cadre de projets de Digital Learning.

Penser "sans couture" à l'heure du Digital Learning

ATAWADAC (AnyTime, AnyWhere, AnyDevice, AnyContent), à savoir le fait de pouvoir apprendre à tout en moment, en tout lieu, sur tout type d'appareil, tout type de contenu, semble désormais une sorte de "motto" des responsables formation et des Digital Learning Managers. Cela amène donc des défis particuliers, qui rendent la conception de parcours de formation "légèrement" plus complexe (mais passionnante !), beaucoup plus qu'à l'époque où la formation en présentiel surplombait les autres modalités.

Du point de vue de l'apprenant, les maîtres mots sont la cohérence et la fluidité : son parcours de formation (et d'apprentissage) doit être cohérent de bout en bout. Il doit pouvoir alterner les modalités et les différentes phases d'apprentissage, en comprenant leur enchaînement logique. Tantôt guidé et pris par la main, tantôt laissé autonome dans son apprentissage (sans toutefois être totalement lâché dans la nature), ce parcours d'apprentissage doit avoir été pensé pour lui offrir la meilleure expérience possible, celle qui favorisera son engagement et, in fine, l'efficacité et l'efficience de la formation.

Au vu de la richesse (croissante) des modalités pédagogiques, il pourrait être tentant pour le concepteur "d'en faire trop", au risque de surcharger le parcours, de perdre en cohérence et en fluidité et, finalement, de nuire à l'apprentissage.

C'est ainsi que les parcours de formation mixtes (blended learning), lorsqu'ils sont bien conçus et construits, permettent à l'apprenant d'alterner les moments et les lieux d'apprentissage, à l'aide de différents appareils (ordinateur, tablette, smartphone...), pour tous types de contenus... Eh oui, ATAWADAC on vous dit !

Une sorte d'apprentissage complètement intégré donc... En théorie. Oui, car un jour, les Digital Learning Managers iront vivre en théorie, parce qu'en théorie, tout se passe bien. Or, la réalité pratique est toujours un peu moins rose. Accusé(e), levez-vous !

Souffrance ou expérience utilisateur ?

Qui est l'accusé(e) ? La technologie, le système d'information, l'environnement informatique... peu importe comment on le/la nomme. Bref : là où l'apprenant est censé accéder facilement aux contenus de formation pour vivre pleinement cette fameuse expérience d'apprentissage "sans couture".

Dans la réalité, il est fréquent que celui-ci soit "promené" d'un endroit (physique ou virtuel) à l'autre, sans réelle fluidité, avec de réelles "cassures" dans son parcours soit disant "sans couture". L'apprenant lambda peut ainsi dans le cadre d'un parcours de blended learning se connecter à :

  • une plateforme de formation en ligne pour suivre un module e-learning préparatoire (Learning Management System - LMS) ;
  • une plateforme de gestion des formations pour avoir les informations de la session en présentiel (Training Management System - TMS) ;
  • une application de quiz pour évaluer la progression des connaissances tout au long de la formation en présentiel ;
  • une plateforme d'évaluation des formations pour compléter un questionnaire d'évaluation de sa satisfaction ("à chaud") ;
  • une plateforme de webinaire pour suivre une classe virtuelle visant à échanger sur les difficultés rencontrées suite à la journée de formation en présentiel ;
  • une plateforme d'évaluation des formations, à nouveau, pour compléter un questionnaire d'évaluation du transfert des acquis ("à froid") ;
  • etc.

Ouf. S'il reste encore à ce brave apprenant de l'énergie pour apprendre, après avoir épuisé une bonne partie de la sienne à suivre ce parcours chaotique, ce sera une chance. Rien n'est ici inventé et nous connaissons les difficultés rencontrées par nombre de professionnels de la formation qui consacrent une partie non négligeable de leur temps à s'occuper des oublis d'identifiants ou de mots de passe, à résoudre des problèmes de connexion, etc.

Vers le Learning Hub

Pour que la confrontation homme/machine ne soit pas un remake de Terminator et permette à l'apprenant de triompher (ou a minima de survivre), il y a au moins deux principes dont il convient de s'assurer :

  • Unifier l'environnement d'apprentissage : qu'il y ait plusieurs applications et/ou plateformes n'est pas un problème en soi. Il faut encourager l'innovation et il y a vraiment certaines applications dont il serait difficile de se passer (notamment dans les outils du Rapid Learning !). En revanche, il est nécessaire de proposer à l'apprenant une porte d'entrée unique, vers une plateforme connectée à l'ensemble des outils tiers. Envisager un système d'authentification unique (Single Sign-On - SSO) est bien le minimum, mais il importe d'aller plus loin et de penser la plateforme comme étant le noyau central, le centre névralgique de tous vos dispositifs d'apprentissage, et de s'appuyer sur les possibilités offertes par la norme xAPI pour exploiter toutes les "traces d'apprentissage". Un Learning Hub en quelque sorte.
  • Proposer une plateforme ergonomique : si un mode d'emploi ou une formation est nécessaire pour savoir utiliser correctement la plateforme, c'est qu'il y a un problème ! Cela n'est pas cohérent avec les usages modernes du web et les plateformes de type SaaS doivent pouvoir offrir une confort d'utilisation similaire aux sites grands publics, tels que ceux relatifs aux réseaux sociaux personnels ou professionnels. Il est relativement anormal de devoir enchaîner les "clics" et d'ouvrir de nouveaux onglets pour accéder aux contenus de formation et naviguer au travers de ceux-ci... et pourtant, nous avons pu le constater encore récemment.

Sans expérience utilisateur satisfaisante, pas d'expérience d'apprentissage satisfaisante dans les projets de Digital Learning. Les deux sont imbriquées, indissociables.

Nul ne peut prétendre travailler sérieusement à améliorer la première sans s'attaquer à la seconde. Cela serait aussi cohérent que les entreprises qui demandent à leurs prestataires de "montrer patte blanche" en matière de sécurisation des accès, alors que leurs collaborateurs utilisent encore une ancienne version d'Internet Explorer, qui n'est donc plus mise à jour et qui comporte bon nombre de failles de sécurité (oui, c'est du vécu). Il convient d'être cohérent sur toute la ligne.

Vous souhaitez proposer le meilleur à vos apprenants, à savoir une expérience d'apprentissage ET une expérience utilisateur d'exception ? Contactez l'un de nos experts pour échanger à ce sujet.