À quel moment évaluer "à chaud" les formations en présentiel ?

 

iStock-657832898

Si vous demandez à un professionnel de la formation à quel moment il convient d'évaluer la satisfaction des apprenants lors de formations en présentiel (ou lors des temps de regroupement de formations en blended learning), il vous répondra probablement "à chaud". Oui, mais "à chaud", c'est quand ? Pendant la formation ? À la fin ? Le lendemain ? Les trois mon capitaine !

Évaluer pendant la formation

Le formateur a tout intérêt à ne pas attendre la fin de la formation pour se demander si les participants sont satisfaits de la formation qu'ils suivent, si le contenu leur semble pertinent, s'ils se sentent suffisamment impliqués dans le déroulement de celle-ci... Se limiter au sacro-saint questionnaire de fin, c'est prendre le risque de découvrir que cela ne s'est pas aussi bien passé que prévu... et qu'il soit trop tard pour rectifier le tir !

L'évaluation peut être formelle (par ex. un mini quiz, à l'aide d'un outil digital ou non) ou informelle (par ex. un rapide tour de table). L'objectif est de prendre la température régulièrement pour, le cas échéant, agir et réengager les apprenants dans la formation si besoin.

Évaluer à la fin de la formation

Cette pratique est la plus courante, consistant généralement à demander aux apprenants de compléter un questionnaire d'évaluation. Le problème est que cela n'est pas considéré comme étant une séquence pédagogique à part entière : il est donc demandé de compléter le questionnaire alors qu'il ne reste que quelques minutes avant la fin de la journée... voire alors que l'horaire est dépassé ! Ayant un train ou un métro à prendre, les enfants à aller rechercher, etc., les apprenants remplissent donc le questionnaire à la va-vite, avec peu ou pas de commentaires...

La bonne pratique consiste à faire de cette évaluation une séquence pédagogique à placer par exemple une heure avant la fin de la formation (par ex. à 16 h pour une formation en présentiel se terminant à 17 h). Cela laisse le temps aux apprenants de se prononcer et de faire part des questions en suspens, puis cela peut (devrait !) se prolonger par un moment de partage, où le formateur réagirait aux commentaires, aux questions posées... Un moment idéal pour discuter des stratégies à adopter pour transférer les acquis de la formation !

On comprend ici l'intérêt de disposer d'un outil digital pour avoir une restitution des résultats en temps réel sur laquelle le formateur pourrait s'appuyer...

Évaluer au lendemain de la formation

En réalisant les évaluations décrites précédemment, les motifs de satisfaction et/ou d'insatisfaction auront déjà pu être identifiés. Il n'est donc pas nécessaire de poser à nouveau des questions de ce type au lendemain de la formation, mais plutôt d'orienter l'apprenant vers la finalité, à savoir l'apprentissage, le transfert des acquis...

Profitez donc de ce questionnaire (toujours court !) pour vous focaliser sur la pertinence des contenus vus en formation, sur la possibilité de les appliquer en situation de travail, sur les besoins complémentaires éventuels... et rappelez aux apprenants les objectifs de la formation, exprimés en termes de comportements observables et mesurables en situation de travail !

Par ces trois temps d'évaluation, vous mettez "sous contrôle" la satisfaction de l'apprenant en vous assurant qu'il a vécu une bonne expérience d'apprentissage, tout au long de celle-ci. Vous ne le limitez pas à un statut de consommateur chargé d'apprécier la qualité d'un produit : vous le rendez acteur de sa formation, en lui montrant qu'elle n'est le début, un essai qui doit ensuite être transformé sur le terrain.

 

Vous souhaitez développer votre dispositif d'évaluation des formations ? Vous vous demandez comment évaluer l'impact de vos projets de Digital Learning ? Contactez l'un de nos experts pour échanger à ce sujet.