Les bonnes pratiques du Digital Learning en 2018

 

iStock-664599098.jpg

Nous n’avons pas obligatoirement besoin de grandes analyses pour vous prodiguer les bonnes pratiques à retenir pour 2018. Il suffit parfois de rester attentif à son environnement et d’en comprendre les signes avant-coureurs. Nous avons décrypté pour vous les tendances à venir en matière de Digital Learning.

Tour d'horizon du contexte 

C’est désormais une certitude : les salariés ont moins de temps à consacrer à la formation « traditionnelle », impactant ainsi le développement de nouvelles compétences pourtant essentielles à leurs missions au quotidien. Sans parler de la nouvelle génération de collaborateurs friands de nouvelles technologies. Comment y remédier ? En (re)dynamisant vos parcours de formation à l’aide notamment du Digital Learning.

1 - Les apprenants au coeur de vos préoccupations 

On dit toujours qu’il faut s’intéresser aux utilisateurs avant même de penser à une technologie. Et c’est vrai ! C’est le cas pour un projet de Digital Learning où le « learner centric » est un gage de réussite. En effet, il convient de paramétrer tout outil d’apprentissage selon les besoins, les préférences, les facilités voire même les difficultés propres à chaque apprenant. Et cela, bien avant de concevoir les contenus pédagogiques. C’est la raison pour laquelle l’utilisation des données, des statistiques (ce que l’on appelle aussi les « learning analytics ») s’avère nécessaire pour affiner un tel paramétrage et mettre en place des parcours de formation sur mesure. Vous l’aurez compris, l’apprenant est plus que jamais au centre des priorités.

De plus, lorsque l’on s’intéresse de plus près aux collaborateurs d’aujourd’hui, on remarque que très peu d’entre eux, malheureusement, retiennent durablement ce qu’ils ont appris au cours d’une session de formation. Cette année encore, vous allez devoir redoubler d’efforts pour rendre vos formations les plus attractives possible et cela sur le long terme. Votre objectif ? Embarquer les salariés dans vos programmes de formation afin de maintenir une implication et une motivation durables, et non ponctuelles. Il s’agira de mixer les modules, les formats, les activités et de les rendre accessibles n’importe quand et n’importe où. Attention également à ne pas trop « individualiser » vos formations en veillant toujours à intégrer des sessions favorisant le partage d’idées ou d’expériences, l’échange et l’apprentissage collectif. Bref, servez-vous de tous les outils qui vous permettront d’améliorer la productivité de vos collaborateurs tout en répondant à leurs besoins.

Enfin, pour que vos salariés (re)prennent du plaisir à se former et à suivre vos parcours, concevez vos contenus comme une histoire ou une expérience que vous voulez leur faire vivre. Une initiative qui permet ainsi à chaque apprenant de s’identifier et d’assimiler plus facilement les informations mais surtout de renforcer une fois de plus leur motivation.

2 - Les formats d'e-learning à l'affiche en 2018

Une fois que vous vous êtes centré sur vos apprenants, vous allez devoir choisir les bons outils certes, mais surtout les formats adaptés. Qu’en est-il des outils privilégiés pour 2018 ?

Plus d’actualité que jamais, le « blended learning » est pour nous la meilleure alternative à ce jour en termes de formation efficace. Il permet de mêler l’efficacité des formations en présentiel quand cela est nécessaire, au distanciel quand cela suffit. Une approche qui se corrèle très bien avec la tendance du « spaced learning » (ou l’apprentissage par intervalles, en continu) depuis son espace de travail. Un dispositif complet qui permet de renforcer la mémorisation et l’assimilation des connaissances tout en mixant les activités pédagogiques (vidéo, quiz, classes virtuelles, MOOC…).

Et pour ceux qui n’auraient pas beaucoup de temps à consacrer à la formation, il existe des solutions alternatives, pour les 2 camps. Du côté de l’entreprise, il est possible de produire des contenus rapidement en interne à l’aide d’outils de « rapid learning ». Du côté des apprenants, on peut envisager de leur transmettre des connaissances, en très peu de temps (moins de 5 minutes) grâce à du « micro-learning ». Attention, dans les deux cas, vous ne pourrez pas transmettre des notions trop complexes, mais surtout assurez-vous que cela corresponde à la typologie du public visé. 

Parmi les supports d’e-learning les plus plébiscités en 2018, citons la vidéo, la gamification et le mobile.

Tout d’abord, la vidéo reste l’outil le plus sollicité dans le cadre d’un projet de Digital Learning, à partir du moment où celle-ci est engageante : courte, ciblée, interactive et accessible par tous. Ensuite, la gamification est un bon moyen de présenter les défis stratégiques de l’entreprise en impliquant personnellement le collaborateur pour les atteindre à travers le jeu. L’idée est de divertir tout en favorisant le développement de connaissances. Enfin, et sans surprise, le mobile learning vient approfondir et prolonger l’expérience d’apprentissage des collaborateurs. Pour preuve, ils peuvent accéder à des contenus depuis leur smartphone n’importe quand sans avoir de contraintes. Des parcours 100% mobiles devraient largement se développer dans les mois à venir, particulièrement pour la nouvelle génération de collaborateurs.

3 - L'apport des données pour un apprentissage sur mesure

La grosse actualité de 2018 est bien sûr le nouveau règlement européen en vigueur (en mai prochain) sur la protection des personnes physiques (RGPD). Chaque entité devra respecter les règles quant à la collecte et au traitement des données personnelles. Pour éviter toute sanction, il vaut mieux se mettre en conformité dès maintenant !

Si ces données personnelles sont si protégées, c’est qu’elles ont de la valeur. Ces « learning analytics » sont essentielles pour mieux comprendre les besoins de l’apprenant et adapter ainsi les modalités de son apprentissage. C’est sur elles d’ailleurs que « l’adaptive learning » s’appuie pour personnaliser l’expérience de chaque collaborateur selon les préférences, les habitudes ou le rythme d’apprentissage. En 2018, pour améliorer le résultat et l’expérience des apprenants, il faudra plus que jamais miser sur ces données. Cela suppose en amont de détenir toute l’expertise pour les exploiter ainsi qu'un budget dédié. Autre technologie en vogue cette année, c’est évidemment la réalité virtuelle ou augmentée qui se démocratise peu à peu. L’opportunité de faire vivre une expérience immersive et interactive aux salariés. Suivie de près par l’intelligence artificielle (automatisation des évaluations, réponses aux questions, conseils personnalisés ou tutoring virtuel…) qui vient ajouter des paramétrages encore plus approfondis.

Ce listing est non exhaustif. A vous bien sûr à vous de faire vos propres choix pédagogiques et technologiques en fonction de vos besoins et de vos attentes en termes@ de résultats. Il n’est pas question de succomber à toutes ces tendances, mais de surveiller leurs évolutions.

Digital Marketer chez MySkillCamp